Le ferronnier

 

Comme le poète écrit des vers avec sa plume
Le ferronnier frappe l’enclume et plie le fer
Il le plie et l’enroule comme la mer écume
L’étire et le torsade aussi souple qu’un ver

Ainsi qu’un être humain vient au monde en hurlant
Et sort ensanglanté du ventre de la femme
La barre de métal sort rougi par la flamme
Éclairant la nuit noire comme un soleil brûlant

Des grilles de fer forgé des sculptures de métal
Ornent les places publiques embellissent les parcs
Des réseaux métalliques se fondent au végétal

Et les rinceaux de fer sur des façades s’arquent
Tenaillé martelé au sortir de ses mains
L’œuvre échappe à l’artiste et poursuit son chemin.

 

Alain Hannecart